Sections

BÉRULLE

BÉRULLE

Pierre de Bérulle naquit au château de Sérilly, près de Troyes, le 4 février 1575. Peu après son ordination sacerdotale, qui eut lieu en 1599, il fut nommé aumônier du roi. Son talent pour la controverse lui permit de ramener au giron de l'Église plusieurs grands personnages, entre autres le comte de Laval, le baron de Salignac et un président au parlement de Pau. Il fut chargé par le roi de l'honorable mission de conduire en Angleterre Henriette de France, fille d'Henri IV, qui allait épouser le prince de Galles, il établit les Carmélites en France en 1603, avec l'aide de Michel de Marillac, garde des sceaux, et de Madame Acarie, et fonda en 1611 la Congrégation de l'Oratoire, dont il fut le premier supérieur. Son influence sur le clergé fut considérable, il sût grouper autour de lui les prêtres les plus vertueux et les plus éminents de Paris. Ce fut chez lui que saint Vincent, dès son arrivée dans cette ville, alla chercher aide et conseil. Abelly prétend même qu'il logea “environ deux ans” sous son toit ; mais nous avons des raisons de réduire ces deux ans à quatre ou cinq mois tout au plus. Que saint Vincent accepte la cure de Clichy, ou entre comme précepteur dans la famille des Gondi qu'il se retire au loin à Châtillon-les-Dombes, ou qu'il reprenne sa place près du Général des galères, toujours nous rencontrons l'intervention de Pierre de Bérulle.

Nous voudrions pouvoir dire que leurs relations restèrent toujours les mêmes. Pierre de Bérulle ne vit pas de bon œil la naissance de la Congrégation de la Mission, il s'efforça même d'en empêcher l'approbation en cour de Rome, ainsi que nous l'apprend une de ses lettres au Père Bertin ; il lui écrivait en 1628, parlant du nouvel Institut  : “Le dessein que vous mandez être en ceux qui sollicitent l'affaire des missions par voies diverses et, à mon avis, obliques, le doivent rendre suspect et nous obliger à sortir hors de la retenue et simplicité en laquelle j'estime à propos de demeurer dans la conduite des affaires de Dieu.” (Arch. de la Mission, d'après Arch. Nat., M 216, deuxième paquet, cahier du P. Bertin, p. 26, où on ne trouve plus cette pièce). Pierre de Bérulle était alors cardinal depuis un an. Il mourut le 2 octobre 1629 en célébrant la messe.

Ses disciples (Oratoriens, Eudistes, Sulpiciens,Lazariste) ont répandu sa spiritualité l'école bérullienne, de nos jours, a été mise particulièrement en relief par Henri Bremond. La doctrine du cardinal de Bérulle s'inspire en partie du néoplatonisme, du pseudoDenys l'Aréopagite, des Pères Grecs et de la mystique rhénoflamande.