Sections

Accueil

Introduction - ¿Comment chercher, modifier ou créer un article - Index alphabétique des articles

Article signalé

modifier
Vincent de Paul

Vincent de Paul (Pouy, Landes, avril 1581? - Paris, 27 septembre 1660). Prêtre francais, fondateur de la Congrégation de la Mission et, avec Louise de Marillac, de la Compagnie des Filles de la Charité. Il est canonisé en 1737 par le pape Clément XII et, en 1885, le pape Léon XIII le déclare patron universel des œuvres de Charité.

Vincent de Paul (ou Depaul) nait en 1580 ou 1581, au village de Pouy (qui s'apelle, depuis 1828, Saint-Vincent-de-Paul), situé à peu près à cinq kilomètres au nord-est de Dax. Il est le troisième de six enfants, quatre garçons et deux filles, d'une famille de paysans des Landes, pauvres sans être misérables. L'enfant, intelligent, poussé aux études par son père, est remarqué par un notable de Dax qui lui propose de l'orienter vers la prêtrise. En 1596, il reçoit la tonsure, puis il part pour Toulouse étudier la Théologie. Il est ordonné prêtre par l'évêque de Perigaux, François de Bourdeilles, le 23 septembre 1600 à Château-l'Evêque.

En 1608, il monte à Paris. Il se fait un ami du secrétaire de l'ancienne reine, Marguerite de Valois ; celle-ci le nomme "aumônier" chargé de distribuer ses libéralités. Il visite alors les pauvres malades de l'Hôpital de la Charité.

Vers 1610, il rencontre Pierre de Bérulle, qui fondera, l'année suivante, l'Oratoire de France. Vincent le prend comme conseiller spirituel. Il se familiarise avec le mouvement de spiritualité qu'on appelera plus tard "l'Ecole Française". Il rencontre François de Sales.

Continuer à lire

Ephémérides du 23 mai 2019

Mettre à jour - voir un autre jour - modifier

1615. À Paris, Monsieur Vincent constitue Jean Morin son procureur pour prendre possession d'un canonicat à Ecouis. C'est M. de Gondi, chez qui il est précepteur depuis 1613, qui lui a fait obtenir cette charge de trésorier et de chanoine du chapitre collégial. Ecouis, qui dépendait alors de Rouen, appartient actuellement au diocèse d'Evreux (1).

1648. Une Sœur d’Angers est malade et sainte Louise écrit à Sœur Madeleine : “Je suis bien en peine de l’état de notre bonne Sœur Marie d’Espinal. Si Dieu nous la laisse encore sur la terre, saluez-la bien de notre part et lui dites que je la prie de faire tout ce qu’elle pourra pour se bien porter, pour bien employer le reste de ses jours au service de Dieu. Oh ! qu’elle aura d’amour compatissant aux pauvres malades après un si grand exercice de souffrance, que j’espère que la bonté de Dieu aura béni de grande assistance et consolation”.(R)

1655. Entretien de saint Vincent aux Premières Sœurs sur l’obéissance. “Les Sœurs qui aiment l’obéissance ont l’esprit de Notre-Seigneur”.(R)

1782. À Cahors, François Bergon prononce les saints vœux. Il est né dans les environs de Figeac, en 1757. Placé comme missionnaire dans son pays, il s'y prodigue pour empêcher les principes révolutionnaires d'entacher l'âme de ses compatriotes. Arrêté une première fois et persuadé qu'il risque la déportation incompatible avec ce zèle sacerdotal qu'il veut continuer à déployer, il s'évade et se réfugie dans son village natal. Il se réserve alors la nuit pour vaquer aux devoirs de son ministère. Malgré toutes ses précautions, il est découvert et de nouveau arrêté. C'est le 10 mai 1794. Il connaît alors le sort de tant de prêtres français de l'époque. Le 16 mai, il est condamné à mort par le tribunal de Cahors. Le lendemain il est conduit à l'échafaud. Tout en y marchant, il récite le « Miserere ». Mais, en cours de route, il a un geste digne de l'Evangile et de sa vocation de fils de saint Vincent. Il retire ses souliers, les remet à une femme, en lui disant : « Donnez-les à un pauvre : Jésus-Christ se rendit nu-pieds au Calvaire ; je veux faire de même » (2).

1832. M. Salhorgne rentre à Paris. Quand avaient éclaté les troubles de 1830, ses confrères l'avaient supplié de quitter la capitale. Il ne le fit que lorsque les reliques de saint Vincent eurent été mises à l'abri. Il alla alors se réfugier au séminaire d'Amiens (3).

1871. M. Mailly pour venir dire la Messe à la Maison-Mère saute pardessus le mur de Laënnec parce qu’un poste de fédérés occupe la porte principale de la rue du Bac. On tire de l’hôpital dans la maison et un obus tombe devant le réfectoire Saint-Joseph.(R)

1941. À Rome, le Souverain Pontife signe le décret d'introduction de la cause de béatification de notre confrère, M. Marc Durando, visiteur de Lombardie, et fondateur des Sœurs Nazaréennes qui ont nos Règles, mais dont les sujets ne pouvaient pas être admis dans la Compagnie pour des raisons de famille. Il est décédé le 10 décembre 1880 (R+4).

1946. De Rome, le cardinal Fumasoni Biondi, préfet de la Propagande, adresse à M. Robert, vicaire général, une lettre par laquelle il lui annonce que l'archidiocèse de Pékin va être désormais confié au clergé séculier chinois. Ce document contient un bel éloge à l'adresse des Lazaristes qui, dans cette portion de la vigne du Seigneur, ont accompli un beau travail avec un courage persévérant et spécialement au séminaire régional de Chala (5).


1) S.V. XIII, 20 ; Coste I, pp. 86-81.
2) Annales, t. 73, pp. 658-660.
3) Rosset : Viede M. Etienne, p. 62.
4) Annales, t. 110-111, pp. 398-399.
5) Annales, t. 110-111, pp. 72-73.

Archive des ephémérides

Image signalée

modifier

Vitrail de 1937 à l'église parrossiale de Lézigné, en Maine y Loire (France)

Vincent de Paul allait de Le Mans à Angers quand, à quelque deux kilomètres au sud-est de Durtal, son cheval a trébuché et tout les deux sont tombés dans un torrent qui était crû à cause des pluies. Un autre missionnaire l'a sauvé de mourir noyé et Vincent est allé se sécher dans une petite chaumière des alentours. Vincent, dans la lettre qu'il ecrit lundi de Pâques 1649 à Louise de Marillac, fait allusion à la fièvre qu'il a eue le soir et qu'il attribue à cette chute.

Le vitrail, de l'année 1937, se trouve à l'église paroissiale de Lézigné, un village situé quelque 5 km au sud-ouest de Durtal. Il représente St Vincent donnant une catéchèse aux enfants tandis que leur mère séche son manteau au feu.

Archive des images signalées


Vincenpédie dans d'autres langues